conseils nutritionnels

Même si les maux sont sérieux, il est important de faire vraiment attention à vos habitudes alimentaires. C’est l’application du dicton ayurvédique : « l’utilisation de médicaments n’a aucun sens si la nourriture n’est pas adaptée à la qualité de votre propre digestion. Si vous le faites, l’emploi de médicaments s’avère inutile.

les plantes ayurvédiques et les conseils nutritionnels

La digestion est un processus ingénieux. Ce que vous absorbez est transformé en substances nutritives, utilisables pour le corps. Il s’agit de transformations chimiques subtiles, comprenant toutes sortes de processus qui dépendent les uns des autres. La composition exacte des sucs digestifs diffère pour chacun.

C’est pourquoi la notion de « nourriture juste » est, elle aussi, différente pour chacun de nous. Lorsque vous mangez en faisant attention à ce que votre nourriture soit entièrement digérée, il n’y aura aucun reste qui pourrait être déformé en substance toxique, ennemie du corps. Cette substance toxique est appelée ama. Ama est considérée comme une cause essentielle de maladie..

Le thérapeute commence donc toujours par examiner quelle est la nature spécifique de votre digestion. L’Ayurvéda distingue trois types principaux :

=

une digestion irrégulière (vata),

=

une digestion rapide (pitta)

=

une digestion lente (kapha).

À partir de celles-ci, on peut imaginer toutes les variétés possibles. La consultation nutritionnelle se fonde d’une part sur la nature originelle de votre digestion et d’autre part sur votre constitution actuelle.

 

Puisque la digestion de chacun est unique, il est impossible de donner des conseils généraux.  Les expressions comme: « le lait est bon pour tout le monde », « mangez tous les jours une pomme » ou « les crudités sont saines », sont en contradiction avec ce principe et ont pour résultat que des prescriptions diététiques pour des maladies spécifiques (par exemple une diète pour l’estomac ou pour le foie) n’ont aucun effet. Elles partent du principe que la digestion de différents patients, ayant la même maladie, fonctionne de la même manière. Le point de départ de l’Ayurveda, qui affirme que ce n’est pas le cas, apporte un grand changement dans la conception de la diététique.

Souvent, il s’avère qu’une diète purifiante est d’abord nécessaire. Ensuite, il est le plus souvent question de conseils nutritionnels à court terme, qui cherchent surtout à rétablir l’équilibre, puis de conseils à plus long terme pour maintenir de façon constante l’équilibre restauré. ( En bas de cette page, vous trouverez des informations de base pour vous faire une idée générale des produits appropriés pour les trois types principaux).

L’Ayurvéda tient compte aussi de l’interaction entre l’activité mentale et les intestins. Toute agitation mentale a des répercussions sur les intestins. L’influence des tensions psychiques sur la constipation ou celle de l’angoisse sur la diarrhée en sont des exemples. Ce lien réciproque joue toujours un rôle important dans les conseils nutritionnels.

Pour cette consultation nutritionnelle, deux entretiens sont le plus souvent nécessaires afin d’arriver à une conclusion bien fondée.

Durée d’un entretien :  1h30   –   50 euros

informations de base pour les conseils nutritionnels

pour la constitution vata

Le type vata a une digestion irrégulière et il a tout intérêt, en général, à consommer de la nourriture qui diminue vata. Dans la mesure où vata augmente (ce qui peut se manifester, par exemple, par des douleurs, le froid, des crampes, de la raideur, une peau sèche, une motricité agitée, la constipation, des gaz intestinaux, une tension élevée, des troubles de la respiration ou du sommeil, le stress ou des problèmes de concentration), il est important de s’en tenir strictement à une diète vata qui n’utilise que des produits qui diminuent vata. Votre alimentation sera alors le meilleur médicament.

Une diète vata comprend surtout des aliments cuits, nourrissants (suffisamment), plutôt gras. Pas de nourriture trop légère, trop sèche, trop froide, trop crue, trop amère, trop astringente ou trop piquante. Un schéma de nourriture régulier joue un rôle important.

pour la constitution pitta

Le type pitta a une digestion rapide et il a tout intérêt, en général, à ne manger que modérément des produits qui augmentent pitta. Lorsqu’il est évident que pitta a augmenté (ce qui peut se manifester, par exemple, par des problèmes d’estomac, des selles fluides, de l’irritabilité, des inflammations, une coloration de la peau ou des fluctuations de température), on fait bien de s’en tenir strictement à une diète pitta, ce qui implique que l’on ne consomme aucun produit qui augmente pitta. Votre nourriture sera alors le meilleur médicament  pour ces maux.

Une diète pitta comprend surtout une nourriture qui refroidit, ni trop légère, ni trop humide, ni trop piquante ni trop salée, ni trop acide ni trop grasse, pas de produits fermentés, et il faut éviter de manger avec trop d’avidité mais bien mâcher.

pour la constitution kapha

La digestion du type kapha est stable mais lente. Une nourriture amère, astringente et piquante l’active. Un repas lourd, gras, froid et abondant doit être remplacé par des aliments légers, secs, chauds, réduits et variés. Lorsque l’on constate des symptômes de kapha perturbé (par exemple, la formation de glaires dans les poumons, un excès de poids, le diabète, des œdèmes, de la lenteur, des problèmes articulaires, des états dépressifs), il est nécessaire de se limiter strictement à une alimentation qui diminue kapha.

Envoyez un e-mail et nous vous tiendrons au courant
avec l’ Auroveda newsletter